Conférence sur la Cybersécurité pour les entreprises à la CCI Bordeaux, le 4 avril 2016.

cyber-securite

Une cinquantaine de participants s’étaient rassemblées le 4 avril de 17h à 19h, à la CCI de Bordeaux, à l’invitation du Pôle Numérique de la CCI Bordeaux, des services de l’Etat et du Pôle de compétitivité Aerospace Valley, pour une grande séance de sensibilisation à la Cybersécurité pour les entreprises industrielles. Jean Charles Duplaa, Conseiller Technique à la CCI Bordeaux, représentait pour l’occasion, M. Pierre Goguet, Président de la CCI Bordeaux.

L’objectifs de cette rencontre : faire prendre conscience des risques et menaces qui pèsent aujourd’hui sur l’ensemble des entreprises, présenter les dispositifs d’accompagnement de l’Etat, mais aussi plus simplement apprendre à réduire sa surface numérique d’attaque. Les services de l’Etat, le Pôle de compétitivité Aerospace Valley et la CCI de Bordeaux, se mobilisent pour accompagner les entreprises industrielles dans le cadre de la mise en place de solutions de protection et de sécurité de leur patrimoine informationnel.

Toutes les entreprises sont en effet désormais concernées et notamment celles de la filière industrie, recherche et innovation. Pour s’en protéger, la Direccte Aquitaine et le HFDS (Service du Haut Fonctionnaire de Défense et Sécurité) ont présenté en introduction le dispositif PPST (protection du patrimoine scientifique et technique). Les avantages pour l’entreprise : protéger et sécuriser ses savoirs faires, rassurer ses clients et fournisseurs ou encore avoir une base juridique spécifique en cas de besoin. Le principe, la mise en place de zone(s) à régime restrictif dans l’entreprise.

La DZSI (Direction Zonale de Sécurité Intérieure) a donné des exemples très concrets, avec l’usage les réseaux sociaux qui permettent aisément de tout connaître et ainsi manipuler ou usurper l’identité d’un individu. Tout commence en général par de « l’ingénierie sociale « . Le hacker identifie dans l’organisation, via Facebook, Twitter, LinkedIn… une ou des personnes considérées comme un « maillon faible ». L’objectif : jouer en général sur l’ego, l’argent, la séduction… La sensibilisation du personnel est alors essentielle pour rappeler la nécessité d’avoir un usage prudent des réseaux sociaux privés et professionnels, et rappeler l’importance de ne pas divulguer d’informations concernant le fonctionnement de l’entreprise.

La Gendarmerie Nationale a présenté le principe des FOVI (faux ordres de virement internationaux), aussi appelées « arnaques au Président » qui sévissent de façon exponentielle. Certaines entreprises victimes ont même été récemment placées en liquidation judiciaire, le personnel licencié. Les sommes extorquées sont très variables, de quelques milliers à plusieurs millions d’euros. Le principe est simple, un individu bien renseigné se fait passer pour le dirigeant, un fournisseur et demande un virement urgent au service comptabilité. Et cela marche, avec depuis sa découverte en 2010, près de 500 millions d’euros détournés par ces escrocs très organisés et en mode « call center ». Les sommes disparaissent la plupart du temps sur des comptes en zone SEPA puis par rebond en Chine et en Israël. Attention aux demandes actuelles vers la Slovaquie ! Quelques règles simples permettent de s’en protéger : la sensibilisation, la vigilance notamment lors des congés ou jours fériés, la mise en place de procédures de vérifications et de signatures multiples, la technique de rupture de chaîne des mails pour les courriers se rapportant aux virements internationaux en saisissant soi même l’adresse habituelle du donneur d’ordre, la mise à jour du système de sécurité informatique.

La DPSD (Direction de la Protection et de la Sécurité de la Défense), qui dépend du Ministère de la Défense, a quant à elle démontrée la facilité pour un escroc, sur la base de logiciels accessibles sur Internet, d’envoyer des mails piégés afin de récupérer les données d’une entreprise. Les vecteurs d’attaques sont multiples. Non respect des règles de sécurité, absence de « Politique de sécurité du (ou des) système(s) d’information » PSSI, architecture informatique non cloisonnée ou non mise à jour, passerelle « firewall » non sécurisée ou non qualifiée, sous traitance non sécurisée, absence de cartographie des SI, systèmes non homologués, etc.… Les menaces sont réelles avec plus de 3 milliards d’internautes et plus de 204 millions de mails transmis par minute. Face à cela, la DPSD propose pour les entreprises de son périmètre, des audits de maturité (IT, organisationnels et physiques) basés sur la norme ISO 27000 (Management de la sécurité de l’information), elle fournie des homologations des SI classifiés et sensibles et effectue de nombreuses sensibilisations auprès des entreprises du secteur Défense.

Enfin l’ANSSI (Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d’Information), a présenté ses missions, avec ses actions de conseils, de politique industrielle et de réglementation afin de rendre disponibles des produits de sécurité et des services de confiance pour les entreprises. Consulter les guides ANSSI de bonnes pratiques en matière de sécurité informatique.

Contact

 En cas de besoin, le Pôle Numérique de la CCI de Bordeaux se tient à votre écoute au 05 56 79 5000.

Dossier « CyberSécurité » sur notre blog

Publicités

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s