#RH Impact des #transitions verte et #numérique : #emploi, compétences et #formation

etude-sur-limpact-des-transitions-verte-et-numrique-sur-lemploi-les-besoins-de-comptences-et-les-besoins-de-formation

Les transitions « numérique » et « verte » bouleversent les activités et les organisations des TPE / PME.

Faisant suite au programme « Rue de la Formation » qui valorise des entreprises ayant réussi leurs transformations internationales, numériques et environnementales, le MEDEF poursuit son action de sensibilisation des chefs d’entreprises sur la nécessité de former leurs collaborateurs à ces nouvelles compétences.

Le MEDEF vient de publier une étude conduite par le cabinet Sémaphores, qui analyse l’impact des transitions verte et numérique sur les emplois et les besoins de compétences et de formation et qui met en évidence qu’elles sont perçues comme de véritables enjeux stratégiques pour toutes les entreprises.

La transition « numérique », qui impacte  directement leur développement commercial apparaît néanmoins comme prioritaire, au détriment de la transition « verte », perçue comme plus normative (cf ISO 14001 / Management environnemental, ISO 50001 / management énergie).

De façon générale, les entreprises attendent un décryptage de l’impact de ces transitions sur leur activité notamment sous la forme d’auto-diagnostics, de guides méthodologiques, de benchmark, de vulgarisations des travaux des observatoires des métiers, … et confirment leur besoin d’accompagnement.

Accompagnement sur les transitions « numérique » et « verte »

C’est ce à quoi la CCI Bordeaux Gironde s’emploie depuis 1997 au travers d’une équipe dédiée de conseillers du « Pôle Numérique » qui organisent et animent un programme d’ateliers et conférences de sensibilisation et proposent un accompagnement sur mesure en fonction des problématiques des entreprises. L’Observatoire Aquitain de l’économie numérique et une veille régulière diffusée sur le blog (yc sur les évolutions des métiers, les études …) les médias sociaux (Facebook, Twitter, Slideshare, …) viennent compléter ces dispositifs.

Le Groupe CCI Bordeaux Gironde compte par ailleurs e-cod Ecole de la communication et de la création digitale qui propose des formations supérieures et continues en design digital, webmarketing, communication multicanal …

Concernant la « Transition verte », outre les actions en faveur de la performance industrielle qui vise à optimiser les processus et à réduire les gaspillages, un  programme collectif régional « Performance et Maîtrise de l’Énergie » a été mis en place par les CCI Nouvelle Aquitaine. Enfin, dans le cadre du Club de la Mobilité, la CCI Bordeaux Gironde participe aux actions de sensibilisation des entreprises et de réflexion sur les enjeux de mobilité (cf article sur les plans de mobilité 2018 et séminaire du 6 juillet 2017) et de logistique urbaine.

Transition verte ?

De quoi parle-t-on ? De toutes les actions de lutte contre le dérèglement climatique et de préservation de l’environnement dans les domaines de l’énergie, du bâtiment, du transport, des déchets … :

Transition numérique / Transformation digitale sur notre blog

Publicités

#UsineDuFutur : Référencez-vous dans le répertoire des offreurs de solutions !

référencez-vous dans le répertoire des offreurs de solutions pour l_Usine du Futur

Référencez-vous dans le répertoire des offreurs de solutions pour l’Usine du Futur !

Valorisez vos solutions à l’échelle régionale, nationale et internationale.

L’Industrie du Futur est un enjeu pour la compétitivité du tissu industriel régional et national. C’est pourquoi le réseau des CCI Nouvelle-Aquitaine avec CCI de France, l’Alliance Industrie du Futur (AIF), la Région Nouvelle-Aquitaine, l’Agence de Développement et d’Innovation Nouvelle-Aquitaine et la Direccte Nouvelle-Aquitaine lancent un répertoire pour valoriser et promouvoir les offreurs de solutions pour l’Industrie du Futur.

Eligibilité

Vous êtes un offreur de solutions pour ce secteur si :

  • Votre entreprise est enregistrée au Registre du Commerce et des Sociétés en France (RCS) et a publié un bilan fiscal clôturant au minimum une année complète d’activité.
  • Vous mettez sur le marché des produits, prestations de services, solutions.

Pour être éligible, une offre doit :
– être mise sur le marché par l’établissement la déclarant (et doit à minima intégrer un service d’accompagnement à son déploiement),
– être à minima en pré-commercialisation (sous réserve de validation par les représentants du comité Industrie du Futur, et à condition qu’elle fasse l’object d’une démonstration d’un produit/d’une solution commercialisable à terme).

Sont exclus le négoce international et les bureaux de représentation en France (antenne commerciale, bureau de liaison, etc.) d’une entreprise importatrice.

  • Vos produits, prestations de services et/ou solutions figurent dans le Référentiel Industrie du Futur des briques technologiques à destination d’entreprises industrielles.

Pourquoi répondre à cette enquête et être identifié offreur de solutions pour l’Industrie du Futur ?

Répondre à l’enquête vous permettra de :

  • être référencé dans le répertoire national des offreurs de solutions sur le site de l’Alliance Industrie du Futur
  • être référencé dans les bases de données régionales Nouvelle-Aquitaine : site « usine du futur » et futur « portail des savoirs faire industriels » géré par les CCI
  • valoriser vos solutions et expérimentations Industrie du Futur pour accompagner des projets de transformation industrielle
  • intégrer la communauté des offreurs de solutions et participer aux actions collectives de valorisation de l’offre technologique menées aux niveaux régional, national et international

Pour être référencé dans le répertoire national des offreurs de solutions, vous devrez accepter les clauses de la charte en fin d’enquête.

Commencez l’enquête …

Retour sur la Matinale #SupplyChain dans les industries agroalimentaires #IAA du 3 mai 2016

cci-bordeaux-kedge-matinale-supply-chain-industrie-agroalimentaire-iaa-3-mai-2016

La matinale « Supply Chain pour les IAA » du 3 mai 2016 organisée par la CCI de Bordeaux, Kedge et Agri Sud-Ouest Innovation avait pour objectifs  de « démystifier la logistique » et montrer comment des ajustements simples peuvent permettre d’améliorer la compétitivité de nos PME. Cela passe par une une vision plus transversale qu’auparavant pour essayer de raisonner en coûts complets.

L’industrie AgroAlimentaire comme les autres industries est confrontée à des défis quotidiens.  La « Supply Chain » est un des aspects du concept d’ « Usine du Futur » en adoptant une organisation des flux plus adaptée, plus opérationnelle, plus efficace !

Les supports des intervenants

Guide « Supply Chain IAA » de Kedge

Rappel

Encore quelques places pour la « Journée communication digitale dans l’Industrie AgroAlimentaire » du 10 mai 2016

3 mai 2016 Matinale #SupplyChain dans les industries agroalimentaires #IAA

3 Mai 2016, Matinale « Supply Chain dans les industries agroalimentaires »? dans les locaux de Kedge

Objectif

L’objectif de cette matinale est de vous donner les clés pour mieux intégrer les fonctions de la supply chain dans la stratégie globale de votre Entreprise et en faire un véritable levier de compétitivité.

En s’appuyant sur des entretiens individuels de PME agroalimentaires du territoire, un groupe d’étudiants de l’Institut Supérieur de Logistique Industrielle (ISLI), piloté par un professeur chercheur du Centre d’Excellence Supply Chain de Kedge, a établi un guide de bonnes pratiques qui vous sera présenté. Des témoignages d’entreprises et de spécialistes viendront éclairer le débat.

Programme

08h30 : Accueil café

09h00 : Mot d’accueil : Agri Sud-Ouest Innovation, CCI Bordeaux, Kedge mastère spécialisé ISLI

09h15 : Les enjeux de la mise en place de la démarche supply chain dans les entreprises agroalimentaires : Laurent LEVEQUE, Responsable national du programme 3D, Coop de France ALPC.

09h35: Restitution de l’étude sur l’amélioration des pratiques logistiques dans les entreprises agroalimentaires et présentation d’un guide de bonnes pratiques rédigé suite à cette étude : Gabriel Douilhet, Gwendoline Furnon, Brice Fleurance, Guillaume Labadie, étudiants en mastère spécialisé ISLI année 2015-2016.

10h00 : Témoignages d’Entreprises ayant transformé leur organisation et amélioré leur compétitivité grâce à la mise en place de la démarche supply chain.

10h50 : Répartition en ateliers conduits par les étudiants, sur des thématiques se rapportant à la supply chain; 2 ateliers à choisir parmi :

  • Normes
  • Transport
  • Circuits de Ventes
  • Gestion des Stocks
  • Système d’information

11h50 : Retour en plénière pour un débrief des ateliers.

12h15 : Fin

Inscription avant le 29 avril en suivant ce lien

Contact

Matinale Supply Chain dans les industries agroalimentaires 2016

#Logistique #ecommerce : quelques chiffres à connaître

logistique - ecommerce

La Fevad vient de faire paraître les premiers résultats de « l’observatoire de la logistique e-commerce » disponibles sur www.fevad.com/logistique et sur www.deliver-analytics.com.

  • Expédition
  • Prise en charge par le transporteur
  • Prise de rendez-vous
  • Présentation au domicile du destinataire
  • Livraison en point de proximité
  • Collecte en points de proximité

Chiffres clés logistique e-commerce français (au 31 août 2015) : 

Click-to-possession (en jours calendaires) : 5,4 jours, avec les ventilations suivantes :

  • De 3,3 jours pour le point relais express à 17,1 jours pour le volumineux ;
  • De 4,6 jours pour le Finistère à 7,1 jours pour le Tarn-et-Garonne;
  • De 3,9 jours pour le textile à 11,9 jours pour le mobilier ;

Délai de livraison (en jours ouvrés) : 1,6 jours, avec les ventilations suivantes :

  • De 1,0 jour pour le point relais express à 7,0 jours pour le volumineux ;
  • De 1,4 jours pour les marchands expédiant plus d’un million de colis par an, à 2,8 jours pour les marchands expédiant moins de 50.000 colis par an ;
  • De 1,3 jours en Yvelines à 2,5 jours en Corse du Sud ;

Délais de préparation cumulés, entre commande et expédition (en jours ouvrés) :

  • 32% le jour même de la commande ;
  • 89% le jour même ou le lendemain ;
  • 95% dans les deux jours après la commande ;

Délais de livraison cumulés, entre expédition et livraison (en jours ouvrés) :

  • 4% le jour même de la commande ;
  • 55% le jour même ou le lendemain ;
  • 94% dans les deux jours après la commande ;

Taux de livraisons réussies dès la 1e tentative : 83,8%.

  • De 57,6% pour les pièces auto à 92,3% pour le loisir ;
  • De 78,4% pour les produits pesant entre 3 et 10 kg à 94,2% pour les produits de plus de 30 kg ;

Taux de livraisons non abouties et renvoyées à l’expéditeur : 0,6%.

  • De 0,3% pour l’alimentaire à 3,5% pour le meuble

illustration