Etude @creativecommons : 1,1 milliard d’objets avec une licence #creativecommons en 2015

state of creative commons 2015

L’organisation à but non lucratif Creative Commons (site FR) qui a pour objectif le développement de droits de propriété intellectuelle assouplis pour faciliter la diffusion et le partage des œuvres, vient de publier un rapport intitulé « State of the Commons » qui montre que le nombre d’objets possédant une licence « Creative Commons » ou « CC » est passé de 140 millions en 2006  à 1,1 milliard en 2015.

Les licences Creative Commons sont basées sur 6 combinaisons de 4 options :

6 combinaisons de licences CC

Source CC FR

  •  Attribution (sigle : BY) : signature de l’auteur initial (obligatoire en droit français);
  •  Non Commercial (sigle : NC) : interdiction de tirer un profit commercial de l’œuvre sans autorisation de l’auteur;
  •  No derivative works  (sigle : ND) : impossibilité d’intégrer tout ou partie dans une œuvre composite; ce qui rend l’extrait d’échantillons (sampling) impossible;
  •  Share alike (sigle : SA) : partage de l’œuvre, avec obligation de rediffuser selon la même licence ou une licence similaire (version ultérieure ou localisée).

Source CC FR

L’étude met en évidence que la licence CC-BY-SA est la plus utilisée avec 37%, suivi de CC-BY 24%. Les formes les plus restrictives CC-BY-NC-SA et CC-BY-NC-ND sont ex-æquo à 14%; puis CC-BY-NC 6% et enfin CC-BY-ND 2%.

repartition des licences CC en 2015

Les licences CC ont été traduites dans 34 langues et couvrent une grande variété de contenus tels que :

  • 391 millions de photos, illustrations
  • 46,9 millions documents textuels
  • 18,4 millions de vidéos,
  • 4 millions d’enregistrements audio
  • 1,4 millions d’articles de recherche
  • 76 000 ressources pédagogiques
  • 23 000 autres contenus multimédia

Des millions de sites utilisent ces licences tels que Wikipédia, Flickr, YouTube ou Europeana, la bibliothèque numérique européenne qui donne accès à 39 millions de documents numérisés représentatifs du patrimoine historique et culturel des pays européens. De même il faut noter qu’un nombre croissant de cours en ligne (MOOC) utilisent les licences CC.

Source

#Economie #collaborative, #sharing #economy : regards croisés France – USA

Economie collaborative : un marché mondial de 335 milliards de dollars d’ici à 2025

En dix ans, l’économie collaborative est devenu un véritable marché mondial que se disputent de nombreuses startups et entreprises multinationales.

Selon une étude PWC publiée en France le 12 mai 2015 (avril aux USA), l’économie collaborative (Sharing economy) devrait atteindre près de 335 milliards de dollars d’ici à 2025 dans le monde, contre 15 milliards en 2014.

La Sharing Economy aux USA

PwC a étudié aux USA cinq grands secteurs du marché de l’économie collaborative :

  • la finance peer-to-peer (prêts entre particuliers),
  • le recrutement en ligne,
  • le logement (comme l’échange d’appartements),
  • l’autopartage
  • et la musique/vidéo en streaming.

44% des Américains sont familiers avec ces nouveaux usages de consommation qui concernent 4 secteurs majeurs :

  • le transport (phénomène UBER oblige, les services collaboratifs ont été utilisés par 8% des américains),
  • la distribution et les biens de consommation,
  • l’hébergement et restauration (phénomène AirBnB oblige, les services collaboratifs ont été utilisés par 6% des américains),
  • et les loisirs, médias et communication

L’économie collaborative en France

Au travers de deux études (Décembre 2014 et avril 2015) le CREDOC met en évidence que sous le vernis participatif, de nombreux projets ou usages dits collaboratifs sont en réalité surtout animés par des motivations mercantiles. Ils s’accompagnent néanmoins parfois d’autres éléments incitatifs tels que les préoccupations environnementales, le désir de tisser des liens fondés sur le partage, le don et la confiance, mais aussi l’espoir de voir émerger une société plus respectueuse de chaque individu. Autant d’aspects qui sont en rupture avec le modèle actuel dominant de l’hyperconsommation et du schéma classique de production-distribution-consommation.

avantages percus des pratiques collaboratives en France

Etude du CREDOC de décembre 2014 sur « la société collaborative – mythe et réalité »

Etude du CREDOC d’avril 2015 sur la « société collaborative l’argent d’abord, le partage aussi »

Autres ressources sur l’économie collaborative

Retour sur la conférence #Fablab, laboratoire de #fabrication #numérique du 30 mars dernier

Introduction conférence Fablab - CCI Bordeaux - 30 03 2015

Retour en photos, live tweets, storify  et diaporamas des intervenants de la Conférence « Fablabs, ateliers de fabrication numérique : l’innovation collaborative du prototype au produit fini » du Pôle Numérique de la CCI Bordeaux – Organisé le 30 Mars 2015 en partenariat avec Cap Sciences IUT de Bordeaux et IP SPHERE ; avec le témoignage de VENTEC iBMS et Agence ZEM.

Fil de la conférence

  • « Des hackerspaces aux TechShops, en passant par les Fab Labs : de nouveaux espaces d’innovation industrielle » par B. SAINTORENS, Pôle Numérique / CCI de Bordeaux
  • « Le réseau des FabLabs : état des lieux et présentation de la Commission des Fablabs » par N. BARRET, Expert en médiation , en charge du FabLab de Cap Sciences
  • « Médiation, conception coopérative, culture de l’innovation et expérimentation des produits »
    • par D. LAVAL , Manager Médiation, en charge du Living lab et C. PASQUET, chargé de atelier de fabrication numérique Fablab Inmédiats
  •  Témoignage de la société Zem accompagnée par Cap Sciences
  • « De l’intention à l’émergence d’un produit : parcours vers son industrialisation »
  • « Innovation ouverte, conception coopérative … et la propriété industrielle dans tout ça ? » P. RODHAIN, IP SPHERE , cabinet de conseils en propriété industrielle

Storify de l’événement

Autres ressources sur les FabLabs et l’Usine du Futur

#Economie #collaborative : le #Barter échanges interentreprises sans flux monétaire

L’actualité liée à l’annonce du partenariat du Crédit Coopératif avec France Barter (*) plateforme coopérative spécialisée dans les échanges interentreprises , vient de remettre un coup de projecteur sur le « Barter«  (qui peut être assimilé à du troc) nouvelle forme d’échange commercial entre entreprise (services ou produits) sans flux monétaire.

Cette innovation d’usage a séduit 65% des entreprises selon un rapport de la DGCIS / PIPAME dans le « Guide des échanges interentreprises de biens et services » qui rappelle les 8 règles d’or.


(*) créée en 2014 par Samuel Cohen et Arthur Bard

Jérémy Rifkin : De la 3ème révolution industrielle à l’économie hybride entre capitalisme et partage

Jérémy Rifkin est une figure clé de la prospective mondiale par son travail sur l’impact des changements scientifiques et technologiques sur l’économie, le travail, la société et l’environnement.

Influent auprès des gouvernements américains et européens, il est l’auteur d’une vingtaine de best-sellers, dont « Une nouvelle conscience pour un monde en crise », « La Fin du travail » (La Découverte, 1997), « Le rêve européen » (Fayard, 2004), « Vers une civilisation de l’empathie » ou encore « La troisième révolution industrielle » (Les liens qui libèrent, 2011 et 2012). Il vient de faire paraître le 24 septembre son dernier ouvrage « La nouvelle société du coût marginal zéro » aux éditions Les Liens qui Libèrent.

« La troisième révolution industrielle est en marche »

« Smart Grid : Interview de Jeremy Rifkin » – FutureMag / Arte TV (mars 2014)

« Vers une économie hybride entre capitalisme et partage »

Dans son dernier ouvrage, « La nouvelle société du coût marginal zéro », Jeremy Rifkin poursuit la vision amorcée avec « La 3ème révolution industrielle » et annonce le déclin du capitalisme tel que nous le connaissons aujourd’hui.

Sans en annoncer la fin, il prédit néanmoins que le capitalisme devra composer avec l’émergence des mouvements collaboratifs au travers l’économie sociale et solidaire (la sharing économie) et de la production à petite échelle, rendue possible par l’Internet des objets, le poids croissant des énergies renouvelables et le rôle des smartgrid (Internet de l’énergie), mais aussi celui de l’Internet de la logistique, l’usage de plus en plus répandu des logiciels libres et de l’intelligence artificielle, ou encore du potentiel disruptif des solutions d’impression 3D.

Les « RDV du Futurs » avec Jeremy Rifkin (septembre 2014)

« Entretien avec Jeremy Rifkin » sur Arte TV (14/10/2014)