Semaine européenne du #développement #durable du 30 mai au 5 juin | #DD #ODD #RSE #EnR @CCILimoges

14162-logo-semaine-europeenne-DD-FR_rose

Semaine européenne du développement durable 2018

La « Semaine européenne du développement durable » a lieu chaque année du 30 mai au 5 juin. Elle a pour objectifs de promouvoir le développement durable, de sensibiliser chacun à ses enjeux et de faciliter une mobilisation concrète tant individuelle que collective.

Elle contribue à sensibiliser les citoyens et différents acteurs aux Objectifs de Développement Durable (ODD) fixés par les Etats membres des Nations Unis.

Objectifs de développement durable (ODD)

Enjeux des énergies renouvelables et de l’amélioration des performances des entreprises

La CCI de Limoges et de la Haute-Vienne s’associe à cet événement avec l’objectif de sensibiliser les acteurs économiques (réunions, visites, …..) aux enjeux des énergies renouvelables et de l’amélioration des performances des entreprises et propose :

Des réunions

  • Vendredi 1er juin 10h – 12h30 : « Comment gagner de nouveaux marchés avec le Label Envol » (Engagement VOLontaire de l’entreprise pour l’environnement), animé par l’Agence LUCIE et Bureau Veritas.
    • Historique de la marque, pourquoi envol, quelles opportunités pour les entreprises, nombre labellisées en France, les secteurs d’activités , ….
    • Modalités d’obtention et de renouvellement
    • Coûts annuels de gestion
    • Présentation des accompagnements de la FRTP et de la CCI de Limoges
    • Témoignages d’entreprises et remise des attestations Envol

 

  • Mardi 5 juin 14h – 16h30: « Le photovoltaïque en autoconsommation : quelles opportunités pour les entreprises ? » animé par Mathieu MANSOURI du Centre Régional des Energies Renouvelables (CRER)
    • Evolutions des tarifs d’achat
    • Vente ou autoconsommation ?
    • Les panneaux et leur installation
    • Les dispositifs d’appuis : appels à projet

Suivez ce lien pour vous inscrire

Contact / Plus d’infos

Valérie CHADEAU
Conseillère développement durable

CCI de Limoges et de la Haute-Vienne
16, Place Jourdan – BP 403
87011 Limoges Cedex
T. 05 55 45 15 77 – M. 06 31 11 94 68
valerie.chadeau@limoges.cci.fr
www.limoges.cci.fr

Publicités

Enquête nationale @CCIFrance sur l’#économiecirculaire vs étude @InseeFr « Les pratiques environnementales des entreprises »

CCI France a fait paraître au mois de décembre 2017 les résultats de la 1ère enquête nationale sur l’économie circulaire réalisée auprès de 997 entreprises (66 % de TPE et 29 % de PME).

Economie circulaire de quoi parle-t-on ?

Concept apparu dans les années 1970, l’économie circulaire est un système économique d’échange et de production qui, à tous les stades du cycle de vie des produits (biens et services), vise à augmenter l’efficacité de l’utilisation des ressources et à diminuer l’impact sur l’environnement tout en développant le bien-être des individus (définition de l’ADEME).

Kedge-economie-circulaire-schema

Découvrir et comprendre les enjeux de l’économie circulaire en vidéo

Pole éco-conception : www.eco-conception.fr/

Pour aller plus loin

Chiffres clés de l’étude CCI France

Les entreprises déclarent agir par ordre décroissant principalement sur leurs déchets (89%), leurs achats (68%), l’énergie (60%) – ces 3 premiers domaines font d’ailleurs l’objet d’une opération de l’ADEME relayée par le CCI intitulée Eau, énergie, matière, déchets : TPE & PME gagnantes sur tous les coûts ! – et la logistique (51%).

enquette CCI France - economie circulaire - dechets

enquette CCI France - economie circulaire - achat

enquette CCI France - economie circulaire - energie

enquette CCI France - economie circulaire - transport

Les actions pour prendre en compte le cycle de vie des produits ou démarche d’éco-conception sont encore à la traîne (36%) de même que la mutualisation (29%).

enquette CCI France - economie circulaire - produits

enquette CCI France - economie circulaire - mutualisation

Quels sont les freins ? Manque d’incentive, de maturité et de moyens.

enquette CCI France - economie circulaire - freins

Résultats de l’enquête

Mise en perspective avec l’étude Insee « Les pratiques environnementales des entreprises »

Les résultats de l’enquête de CCI France doivent être mise en perspective avec les résultats publiés le 14 Novembre 2017 par l’Insee, dans sa publication Insee Première n°1673 intitulée « Les pratiques environnementales des entreprises », sur la base de données collectées en 2016.

Agroalimentaire, hébergement et restauration : secteurs les plus engagés dans l’économie des flux (eau, énergie, matières premières).

Les secteurs de l’agroalimentaire, de l’hébergement et de la restauration déclarent mettre en œuvre des démarches à la fois dans l’économie de l’énergie, des matières premières ou de l’eau et dans la préservation de la biodiversité. Après celles de l’énergie et de l’environnement, les entreprises de l’industrie sont celles qui recourent le plus à des certifications de leurs procédés de production en matière environnementale notamment la forme du respect de la norme ISO14001 ou d’un enregistrement EMAS, système de management environnemental d’engagement volontaire encadré par un règlement européen. .

Pour les autres démarches, l’industrie (hors IAA) se situe dans une position moyenne par rapport aux autres secteurs : 58 % des entreprises déclarent agir pour une gestion économe des ressources et 33% être engagées dans une démarche d’amélioration de leur efficacité énergétique.

Le secteur de l’information et de la communication (édition, audiovisuel, télécommunications et informatique) apparaît comme le moins engagé dans l’ensemble de ces démarches.

31% visent une meilleure efficacité énergétique et la réduction de leurs émissions de GES

Si 31% des entreprises déclarent s’engager pour une meilleure efficacité énergétique et/ou une réduction de leurs émissions de gaz à effet de serre, 10% seulement ont réalisé un bilan de ces émissions et 20% se sont dotées d’un plan d’action dans au moins un des quatre domaines tels que :

  • amélioration de l’efficacité énergétique ou de réduction des émissions (16%),
  • développement des énergies renouvelables (7%),
  • déplacement du personnel (7%),
  • réduction du transport de marchandises (7%).

Les dispositifs de suivi et de comptes-rendus sont généralement considérés comme un gage d’efficacité : 16 des 20% d’entreprises dotées d’au moins un de ces quatre plans déclarent en réaliser des suivis réguliers dans le temps.

47% des entreprises engagées dans une gestion économe des ressources (hors énergie)

47% des entreprises déclarent être engagées dans une logique de gestion économe des ressources (autres que l’énergie) :

  • 8 % ont réalisé un bilan « matière »,
  • 9 % se sont dotées d’un plan de réduction de la consommation de matière (pas forcément les mêmes)

Bibliographie / Ressources

Retour sur la conférence « Défis environnementaux : quand l’industrie devient solution » du 24 mars 2017

Défis environnementaux : quand l’industrie devient solution

En clôture de la Semaine de l’Industrie 2017, l’UIMM Nouvelle-Aquitaine, le Conseil Régional de Nouvelle-Aquitaine et la CCI  Nouvel le-Aquitaine ont organisé le 24 mars 2017 une Conférence/débat sur le thème : « Défis environnementaux, quand l’industrie devient solution ».

S’il est difficile d’imaginer un monde associant industrie et développement durable, la numérisation nécessaire des outils de production, les gains en performance de l’industrie dans le cadre de la stratégie « usine du futur » et le nouvel impératif environnemental rendent cette alliance plus que jamais pertinente.

Après l’ouverture des débats par Alain Rousset, président du Conseil Régional de Nouvelle-Aquitaine et une introduction  par  Jean-François Clédel, président de la CCI  Nouvel le-Aquitaine et Christian Houël, président de l’ UIMM Nouvelle-Aquitaine et ambassadeur de l’Alliance pour l’Industrie du Futur, Pascal Rabiller, responsable du service économie à Sud Ouest a animé une table ronde avec plusieurs chefs d’entreprises locaux pour les faire témoigner sur leur vision d’une industrie associant compétitivité et respect de l’homme et de son environnement.

  • Yannick Dufau, Dirigeant Alsolen et Alsolentech
  • Stéphane Marquerie, Directeur industriel Tembec
  • Arnaud Hory, Président Directeur Général Cerinnov

 

Articles et vidéos Sud Ouest

4 documents pour comprendre les enjeux de la #Maquette #Numérique du #Batiment / #BIM et passer à l’action

Valeur ajoutée du Building Information Modeling (BIM) pour la construction

Le rapport SmartMarket 2014 de McGrawHill sur la « Valeur ajoutée du BIM pour la construction dans les grands marchés mondiaux » tire les enseignement des bonnes pratiques de maîtres d’œuvre qui partout dans le monde innovent grâce à la modélisation des données du bâtiment (BIM).

  • 75% des entreprises de construction font état d’un retour positif sur leur investissement BIM et ont des idées claires sur la manière d’améliorer davantage leur RSI.
  • La majorité des entreprises estiment que le ROI de leurs investissements BIM se situe entre 10 % et 25%.
  • Le meilleur ROI du BIM est signalé par les maîtres d’œuvre japonais, allemands et français (97%), alors que les chiffres les plus faibles viennent de la Corée du Sud, du Royaume-Uni et des Etats-Unis.

ROI du BIM par le monde McGrawHill - SmartMarket

  • Augmentation de la rentabilité et accroissement de la productivité sont les aspects les plus importants mis en avant pour déterminer le ROI des investissements BIM :  réduction du nombre des erreurs et omissions (41%), meilleure collaboration MOA / entreprises de conception (35%) et réduction des erreurs (31%).
  • Ces aspects ont directement un impact sur les éléments de mesure financiers, tels que la réduction des coûts (23%) ou prévisibilité des coûts (21%). Viennent ensuite les points associés au processus de livraison du projet, tels que la diminution du nombre de demandes d’information (RFI), la réduction du nombre de modifications imprévues, l’amélioration de la satisfaction du client et la diminution des perturbations dans le processus des projets.

Maîtres d'œuvre citant le BIM comme un des trois principaux avantages de leur entreprise

  • L’étude montre que le ROI  du BIM augmente directement avec le niveau d’engagement BIM d’un maître d’œuvre, ce niveau étant représenté par son expérience, son niveau de compétences et son engagement à effectuer un pourcentage élevé de son travail avec le BIM.

Impact sur le ROI du niveau d'engagement dans le BIM

  • En conséquence, dans tous les marchés, les maîtres d’œuvre prévoient des investissements significatifs pour déployer leurs programmes BIM au cours des deux années à venir, notamment dans le développement des procédures collaboratives internes et externes, ainsi que le matériel mobile et les logiciels BIM.

Rapport de la Mission Numérique du Bâtiment – Bâtiment et informations modélisées (BIM)

Le plan d’actions pour la « Transition Numérique dans le Bâtiment« , annoncé par Sylvia Pinel (ministre du logement, de l’égalité des territoires et de la ruralité) en décembre 2014 s’est traduit par la nomination le 20 janvier 2015 de Bertrand Delcambre comme président de ce dispositif.  En tant qu’ »Ambassadeur du numérique dans le bâtiment », il avait rendu public en décembre 2014 un rapport de mission après six mois de travail et de rencontres avec les acteurs de la construction.

Construire et aménager durablement avec la maquette numérique

Le Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (CSTB) est l’organisme en charge de l’animation et de la gestion du Plan Transition Numérique du Bâtiment. Dans cette plaquette le CSTB explique comment l’évolution des marchés mondiaux de la construction et les enjeux du développement durable nécessitent de repenser la conception des bâtiments et l’aménagement urbain par une interaction plus étroite des acteurs : collectivités, maîtres d’ouvrage, maîtres d’œuvre, entreprises et usagers au travers de la maquette numérique donnant une version unifiée des projets.

Guide de mise en route de Projet pilote BIM

En tant qu’éditeur de solution informatique pour la mise en œuvre du BIM, Autodesk nous donne sa vision de la mise en route d’un Projet pilote BIM.