30/11 #logiciel #embarqué : initiation et bonnes pratiques de la gestion de projet #Agile

agile

Objectifs

Cap’Tronic en partenariat avec le LAAS-CNRS et le Pôle Numérique de la CCI de Bordeaux vous invitent mercredi 30 novembre 2016 de 9H à 17H, dans les locaux de l’ENSEIRB-MATMECA à Talence à venir découvrir les avantages des méthodes agiles pour la gestion de projet d’un système embarqué :

  • Comprendre les principes itératifs des méthodes agiles
  • Définir et prioriser un scénario d’utilisation en mode agile
  • Mettre en place une planification de projet basée sur les principes agiles
  • Se repérer avec les outils de management visuel et d’avancement dans un contexte agile
  • Identifier sa place et son rôle au sein d’un projet Agile

Contexte

Les méthodes Agiles permettent de mieux maîtriser les projets informatiques sous les angles : délais, coûts et résultats et d’apporter le plus de valeur possible aux projets. Basées sur un travail itératif associant directement les utilisateurs à la conception et une bonne communication entre les acteurs, elles permettent de simplifier la conduite de projet par une plus grande prévisibilité et d’apporter une plus grande satisfaction des utilisateurs.

Programme

Intervenant : Mr Frédéric CAMPS, LAAS-CNRS

9H00 – 9H15 : Accueil

9H15 – 12h30 :
Introduction :

  • Pourquoi un projet ?
  • Pourquoi la gestion de projet ?
  • Définition des termes du métier

Méthodes traditionnelles, méthodes agiles (1/2) :

  • Approches classiques
  • Limites des approches classiques
  • Une alternative : les méthodes agiles
  • Valeurs des méthodes agiles
  • Principales méthodes agiles

12H30 -14h00 Buffet

14H00 – 16h15 : Méthodes traditionnelles, méthodes agiles (2/2) :

  • Synthèse des différences fondamentales entre approche traditionnelle et agile
  • Quelle approche ?
  • Méthode agile : SCRUM
  • Mise en œuvre sur des exemples et des études de cas.

16h30- 17H00 : Retour d’expériences – Conclusions/Questions

Inscription gratuite mais obligatoire ici

Informations pratiques

  • Personnes concernées : Responsables de projets, Ingénieurs, Techniciens en charge de la conception et du développement des systèmes embarqués.
  • Lieu  : ENSEIRB-MATMECA – 1 av du Docteur Schweitzer
    Domaine Universitaire 33400 TALENCE.
  • Prix : Les frais liés à l’organisation de ce séminaire sont pris en charge par CAP’TRONIC.
  • Contact  : Richard SALVETAT au 05 61 33 78 68, salvetat@captronic.fr

 

La #robotique dans l’#usine du #futur et l’#espace

Au croisement des secteurs de l’électronique, du logiciel embarqué, de l’intelligence artificielle, la robotique est en train de s’emparer de tous les domaines y compris de l’industrie. Alors qu’Airbus vient d’introduire le premier robot humanoïde collaboratif dans son usine de Puerto Real en Espagne, on peut s’interroger sur le degré d’autonomie de robots dit « intelligents » dans l’élaboration de leurs actions.

La conférence « Research Takes Flight Day 2014 » organisée par la Fondation Airbus Groupe qui s’est tenue le lundi 31 Mars 2014 à Paris a été l’occasion de faire le point sur les avancée technologiques dans ce domaine et de mesurer le chemin à parcourir jusqu’aux robots totalement autonomes.

Lors de la conférence d’ouverture, Jean-Paul LAUMOND, directeur de recherche au LAAS-CNRS, a fait le bilan de « 50 ans de recherches en robotique » et a parlé des « nouvelles opportunités » dans ce domaine : « Le secteur manufacturier représente un grand marché potentiel pour la robotique, en particulier dans les industries à grande échelle tels que la fabrication d’avions ».

Au cours de la table ronde sur « L’usine du futur : quel degré d’autonomie pouvons-nous attendre de robots dans l’élaboration de leurs actions ? », plusieurs experts ont fait le point sur ​​les derniers développements de la robotique industrielle et les défis qui restent.

  • « Le nouveau défi est d’avoir un véhicule volant autonome – je ne parle pas de drones télé-opérés, mais de drones autonomes« , a déclaré Bruno Siciliano, coordonnateur du projet FP7 NMP-ICT-FoF EuRoc – de l’Université Federico II de Naples .
  • Christoph Borst, Responsable du Département de l’autonomie et de téléopération, de l’Institut de robotique et de mécatronique, Centre Aérospatial Allemand (DLR), a montré que l’autonomie complète des robots n’était pas pour l’avenir immédiat : « Dans les années à venir, nous allons voir des robots dans l’usine qui interagissent directement avec les humains, mais des robots ayant une réelle autonomie ce n’est pas pour l’instant, je m’attends plutôt à voir des robots capables d’imiter ce qu’ils ont vu ou appris à travers des démonstrations. « 
  • Adolfo Suarez Roos, Expert Robotique – Airbus Groupe, coordonnateur du projet ANR ICARO préfère parler d’adaptation plutôt que l’autonomie : « Dans l’usine du futur, nous voulons plus de souplesse, des robots ayant la capacité de reconfigurer leur tâche s’ils rencontrent un situation inattendue « .
  • Mariusz Baldyga, Responsable de projet – Département Robotique – Commission européenne, DG Réseaux de communication, du contenu et de la technologie (Programme H2020) a ajouté : « Nous avons lancé des projets sur la flexibilité et l’autonomie des robots dans le cadre du programme Horizon 2020, mais pour des robots complètement autonomes, ce sera après 2020 ».

Cette discussion a été suivie d’une conférence sur « La robotique dans l’espace » par Gianfranco Visentin, Responsable automatisation et robotique à l’ESA, qui a souligné la spécificité des robots utilisés dans l’espace : « les robots de l’espace doivent répondre à des contraintes très exigeantes de l’espace (radiations élevées, faible puissance, gravité différente), ce qui les rend très différents des robots terrestres et nécessite le développement d’une technologie appropriée « .

Source : Fondation d’entreprise Groupe Airbus