Entreprise #agile et #transformation #numérique : quels modèles ?

agile

Comment caractériser l’ « Agilité » ?

Depuis quelques années, l’agilité en entreprise semble être le « Graal » pour réussir sa transformation (numérique). Gagner en réactivité, en souplesse dans l’organisation, fonctionner en mode projet itératif, redonner toute sa place au potentiel humain … au-delà de la promesse de performance de l’entreprise, le rapport de novembre 2015 « Agilité dans l’entreprise, modèle de maturité » du CIGREF fournissait des pistes pour caractériser l’Agilité en définissant ses bases :

modele agilite du cigref • Une organisation orientée sur la co-création de valeur
• Une maturité culturelle incluant le droit à l’erreur
• Une gouvernance adaptée
• Des moyens, outils et processus dédiés.

Outil de mesure de la maturité

A partir de ces réflexions, le CIGREF a élaboré un modèle de maturité reposant sur cinq axes :
• Création de valeur
• Architecture
• Organisation
• Compétences
• Culture et facteur humain.

Conjuguer agilité et maturité de l’entreprise

 

Portrait-robot de l’entreprise « Agile »

 

(Ré)intégrer l’Homme dans la performance de l’entreprise

La 21ème Université Hommes-Entreprises, organisée par le CECA les jeudi 27 et vendredi 28 août 2015 au Château Smith Haut Lafitte avait été l’occasion de faire intervenir une dizaine de grands témoins, chefs d’entreprise, psychologue, sportif de haut niveau, artiste, … sur le lien entre Bonheur et Performance. Un extrait de la conférence donnée par Jean-François Zobrist est particulièrement intéressant :

Pour en savoir plus

  • Mieux comprendre le nouveau mantra : « Agilité et Confiance »

Conférence « Le pourquoi du pourquoi de l’agilité »

Site web de Team Pact et rôle central de l’humain (agilité + confiance)

Ou encore Agilite-Confiance.fr de la société Stratorg

 

Guide pratique et vidéo : L’#Usine du #Futur, c’est quoi ?

fim-guide-pratique-de-lusine-du-futur-enjeux-et-panorama-de-solutions-2015

La Fédération des Industries Mécaniques (FIM), membre de « l’Alliance Industrie du Futur », poursuit sa mobilisation auprès des entreprises industrielles avec la réalisation avec le Centre technique des industries mécaniques (Cetim) d’une vidéo pédagogique qui  répond en 2 minutes à la question « L’Usine du Futur, c’est quoi ? »

Celle-ci s’accompagne depuis le 19 novembre d’un référentiel intitulé « Guide pratique de l’Usine du Futur : enjeux et panorama de solutions » conçu comme un outil opérationnel pour aider les entreprises industrielles dans la conception et le développement de leurs usines du futur.

Ce document modulaire aborde les enjeux et solutions techniques sous forme de fiches thématiques détaillées et poursuit deux objectifs :

  • Définir le concept d’ « Usine du Futur » et d’identifier les 5 enjeux majeurs qui lui sont liés
  • Proposer des solutions opérationnelles, réalistes et personnalisables pour une mise en œuvre immédiate dans différents domaines en fonction des besoins des chefs d’entreprise.

Il peut être téléchargé depuis le site www.industriedufutur.fim.net, qui propose également une dimension collaborative avec un espace de contributions et de questions qui permettra de faire évoluer le guide.

Contact : usinedufutur@fimeca.org

#Industrie 4.0 : La #numérisation des entreprises du #Mittelstand allemand

Ken Colwell Kuka Robot Camera

Bpifrance vient de publier une étude rédigée par KOHLER C&C intitulée « Industrie 4.0 : quelles stratégies numériques ? La numérisation de l’industrie dans les entreprises du Mittelstand allemand ».

Depuis 2013, le cabinet Kohler C&C a réalisé une soixantaine d’interviews auprès de dirigeants d’ETI allemandes afin d’analyser l’impact du programme « Industrie 4.0 » lancé outre-Rhin en 2010 sur leur transformation digitale et en tirer des enseignements pour les entreprises françaises. La publication de l’ouvrage complet interviendra début 2016; en attendant vous trouverez ci-dessous une synthèse et une première version de l’étude.

Synthèse

Etude

Source

Illustration CC

18/11 Editeurs de logiciels devenez un acteur du #cloud @SaasAcademyFr @ccidebordeaux

datacenter by Domas Mituzas

Adoptez le modèle SAAS et devenez un acteur du Cloud !

RDV le 18 novembre 2015 de 13h30 à 18h00 à la CCI de Bordeaux, 17 Place de la Bourse / Salon Chapeau Rouge pour découvrir le programme d’accompagnement de la Saas Academy.

logo saas academyLa SAAS Academy, opérée par l’IRT System-X, est issue du « Plan Cloud », l’un des 34 plans de la Nouvelle France Industrielle, qui a identifié un véritable besoin sur l’accompagnement à la transformation numérique des éditeurs de logiciels.

Dans un environnement innovant et concurrentiel,  les modèles SaaS (Software as a Service) et Cloud s’imposent aujourd’hui comme des vecteurs de croissance, de développement à l’international et d’évolutions des usages et de la consommation.

Réussissez votre transformation numérique

La transformation numérique est devenue un enjeu majeur pour les dirigeants des sociétés éditrices de logiciels et suppose une mutation complète de l’entreprise : il s’agit en effet d’adopter un modèle nouveau, tant du point de vue technique que managérial.

La mission de la SAAS Academy est d’y répondre par un programme d’accompagnement qui aborde l’ensemble des problématiques à prendre en compte avant de se lancer dans une telle approche :

  • Modèles économiques et ventes
  • Architecture technique
  • Financement

Schéma Général cloud academy

  • POC : preuve de concept (de l’anglais : proof of concept)
  • BFR : Besoin en Fonds de Roulement

Inscription obligatoire ici – Nombre de places limité

Crédit Photo : Domas Mituzas CC

#infographie Baromètre 2015 des pratiques digitales des grandes entreprises

infographie-ifop-sia-partners-econocom-barometre-des-pratiques-digitales-2015

Sia Partners, Econocom et l’Ifop viennent de réaliser la première édition du « Baromètre des pratiques digitales 2015 » qui met en exergue la diversité des pratiques et des priorités liées au numérique au sein de 400 grandes entreprises françaises.

  • Ainsi 58% des répondants auto-évaluent l’avancement de la transformation digitale de leur entreprise entre 1 et 6, sur une échelle de 1 à 10. 
  • 35% déclarent que le manque de ressources financières allouées au numérique est le principal frein à leur transformation digitale.
  • Le deuxième facteur cité est pour 35% la résistance interne au changement, responsable de l’inertie voire même du ralentissement vis-à-vis de la transformation digitale.
  • Le troisième facteur évoqué concerne les compétences puisque 28% d’entre elles déclarent ne pas disposer des bonnes ressources humaines en interne.
  • Enfin, la sécurité des données apparait également comme un des obstacles à la transformation digitale.

Ces enseignements sont à mettre en perspective pour les TPE et PME pour lesquelles les moyens humains et financiers sont encore plus limités et les besoins d’accompagnement et de sensibilisation doivent être poursuivis et amplifiés.

C’est justement le rôle et l’engagement du Pôle Numérique de la CCI de Bordeaux depuis 1997.

Détail de l’étude

Infographie

Source

#DESI2015 : La #France élève (trop) moyen pour l’usage du #numérique en #Europe

L’indice de l’économie et de la société numériques (DESI Digital Economy and Society Index 2015) est un indicateur composite élaboré par la Commission européenne (DG CNECT) pour évaluer l’évolution des pays de l’Union européenne vers une économie et une société numériques. Il regroupe un ensemble d’indicateurs structurés autour de cinq dimensions :

  • Connectivité Haut débit (disponibilité, qualité et vitesse)
  • Capital humain (utilisateurs d’Internet, compétences numériques de base, spécialistes des TIC et diplômés en sciences et techniques)
  • L’utilisation d’Internet (contenu, communication et transactions)
  • Intégration technologique (numérisation des entreprises et l’utilisation de l’e-commerce)
  • Services publics numériques (administration en ligne et cybersanté)

L’indice DESI 2015 est construit à partir d’indicateurs collectés par Eurostat et se rapportant principalement à l’année civile 2014 (sauf lorsqu’il n’y a pas de données disponibles pour cette année, auquel cas les données antérieures les plus récentes sont utilisées). Les notes de l’indice vont de 0 à 1 et augmentent selon le niveau de performance.

France : un élève (trop) moyen pour les usages numériques par les particuliers et entreprises

DESI 2015 Europe

DESI 2015 Europe

Les pays scandinaves (Danemark 1e – score de 0,68; Suède 2e – score de 0,66; Finlande 4e – score 0,62) et Benelux (BE 5e; NL 3e – score de 0,63;  LU 8e) émergent devant 2 pays baltes (Estonie 7e et Lituanie 11e) . Parmi les plus grands pays européens le Royaume-Uni (6e) devance largement l’Allemagne (10e), l’Espagne (12e en progression de 10%) et la France (14e) qui fait à peine mieux que la moyenne européenne.

 

La France obtient une note globale de 0,48 au DESI 2015. Elle améliore sa note générale en valeur (en passant de 0,45 à 0,48), mais elle stagne dans le classement. En termes de connectivité, la France recule dans le classement (de la 14e à la 19e place), en raison des progrès plus importants (en moyenne) accomplis par le reste de l’Europe.

La France doit accomplir des progrès en matière de haut débit rapide (≥ 30 Mbps) : 41% seulement des ménages bénéficient du haut débit rapide (données décembre 2013) et seuls 9,4% disposent d’un abonnement à l’internet rapide (contre 22% en moyenne dans l’UE; ce qui la place à la 23e place sur 28), ce qui limite la capacité de la France à profiter des avantages de l’économie numérique.

DESI 2015 - France - usages par les particuliers du numérique

Si la France se classe en 1e position en Europe pour les médias en ligne (VOD vidéo à la demande, télévision par internet), le pourcentage des internautes français qui utilisent les réseaux sociaux est le plus faible de tous les pays de l’UE (46% contre une moyenne européenne de 58%). Il en est de même pour la consultation des actualités en ligne (46%, soit la 27e position, l’avant-dernière du classement européen) et le recours à l’internet pour la musique, les vidéos ou les jeux (47%, 20e position du classement).

La France cumule les retards pour les usages numériques dans les entreprises

DESI 2015 - France - Intégration de la technologie numérique

L’intégration des technologies numériques par les entreprises est le domaine dans lequel les résultats de la France sont les moins bons; même si ses services publics en ligne se portent bien. Avec un pourcentage de 2,1 % des employés ayant «des compétences de spécialiste en TIC», la France se situe en-dessous de la moyenne de l’UE de 2,8 %. Même si elle pointe au-dessus de la moyenne Européenne pour l’EDI (35% contre 31% pour l’UE28) elle perd 4 places (13e). Comme pour les particuliers, mes usages des réseaux sociaux par les entreprises (7,1% en 2013; plus de 2 fois moins que la moyenne UE28) la situent dans la queue du classement 25e. Elle cumule les retards dans le Cloud computing (7,5% – 18e place / 11% pour l’UE28) et la vente en ligne qui stagne (11% – 18e place / 15% pour l’UE28). le CA réalisée ne ligne régresse (9,4% ce qui fait perdre 6 places).

Pourtant elle est 3e pour la formation de haut niveau dans les domaines scientifiques

Pourtant avec un taux de 22 pour 1 000 personnes (âgées entre 20 et 29 ans) ayant un diplôme en sciences, technologies, ingénierie et mathématiques, elle occupe la 3e place au classement de l’UE28 en termes de formation de haut niveau dans les domaines scientifiques (au-dessus de la moyenne 17 de l’UE) un résultat meilleur que les principaux États membres de l’UE (UK, DE, IT…) .

Détail des résultats

European Digital Agenda Scoreboard

 Voir aussi l’infographie DESI2015

 

#Infographie : index de l’économie et de la société #numérique #DESI2015

Euractiv a réalisé une infographie qui synthétise une partie des enseignements de l’étude DESI (Digital Economy and Society Index 2015) l’indice de l’économie et de la société numériques de l’Agenda Digital Européen.

Le DESI est un indicateur composite élaboré par la Commission européenne (DG CNECT) pour évaluer l’évolution des pays de l’Union européenne vers une économie et une société numériques. Il regroupe un ensemble d’indicateurs structurés autour de cinq dimensions :

  • Connectivité Haut débit (disponibilité, qualité et vitesse)
  • Capital humain (utilisateurs d’Internet, compétences numériques de base, spécialistes des TIC et diplômés en sciences et techniques)
  • L’utilisation d’Internet (contenu, communication et transactions)
  • Intégration technologique (numérisation des entreprises et l’utilisation de l’e-commerce)
  • Services publics numériques (administration en ligne et cybersanté)

L’indice DESI 2015 est construit à partir d’indicateurs collectés par Eurostat et se rapportant principalement à l’année civile 2014 (sauf lorsqu’il n’y a pas de données disponibles pour cette année, auquel cas les données antérieures les plus récentes sont utilisées). Les notes de l’indice vont de 0 à 1 et augmentent selon le niveau de performance.

Selon l’étude DESI 2015, les PME font face à des barrières pour le e-commerce en Europe. 15% des PME vendent en ligne contre 35% des grandes entreprises. 7% des PME vendent à l’étranger, contre 21% des grandes entreprises. Voir la synthèse de l’étude DESI2015 pour la France.

infographie - infographic by Euractiv : How Digital is the EU in 2015 ?

infographie par Euractiv : How Digital is the EU in 2015 ?

Source Euractiv

Voir aussi la synthèse de l’étude DESI2015 pour la France.