25/10 Agilité et entreprise aéronautique : une évolution inévitable

club-industrie-agilite-25-octobre

« L’agilité » tout le monde en parle !… est-ce une mode ou une nécessité ?

Le Club Industrie du 25 octobre qui se tiendra de 9 à 14H00, au 17 place de la Bourse à Bordeaux, tentera de répondre à cette interrogation qui se pose tout particulièrement dans la filière aéronautique. Experts, dirigeants de PME et de grands groupes apporteront leur vision et partageront  leurs expériences.

Au programme :

  • Quels bénéfices pour l’entreprise ?
  • Exemples d’expériences réussies
  • Comment concilier agilité et exigences aéronautiques ?

Avec la participation et le témoignage de : THALES, AIRBUS SAFRAN LAUNCHERS, JV GROUP, CDA DEVELOPPEMENT

Inscription obligatoire : avant le 20 octobre

Contact

  • Françoise DELPRAT
  • Tél : 0556795011 – fdelprat@bordeaux.cci.fr

Voir aussi

Le nouveau mantra : « Agilité et Confiance »

 

 

 

Retrouvez le support d’intervention et enregistrements audio

Entreprise #agile et #transformation #numérique : quels modèles ?

agile

Comment caractériser l’ « Agilité » ?

Depuis quelques années, l’agilité en entreprise semble être le « Graal » pour réussir sa transformation (numérique). Gagner en réactivité, en souplesse dans l’organisation, fonctionner en mode projet itératif, redonner toute sa place au potentiel humain … au-delà de la promesse de performance de l’entreprise, le rapport de novembre 2015 « Agilité dans l’entreprise, modèle de maturité » du CIGREF fournissait des pistes pour caractériser l’Agilité en définissant ses bases :

modele agilite du cigref • Une organisation orientée sur la co-création de valeur
• Une maturité culturelle incluant le droit à l’erreur
• Une gouvernance adaptée
• Des moyens, outils et processus dédiés.

Outil de mesure de la maturité

A partir de ces réflexions, le CIGREF a élaboré un modèle de maturité reposant sur cinq axes :
• Création de valeur
• Architecture
• Organisation
• Compétences
• Culture et facteur humain.

Conjuguer agilité et maturité de l’entreprise

 

Portrait-robot de l’entreprise « Agile »

 

(Ré)intégrer l’Homme dans la performance de l’entreprise

La 21ème Université Hommes-Entreprises, organisée par le CECA les jeudi 27 et vendredi 28 août 2015 au Château Smith Haut Lafitte avait été l’occasion de faire intervenir une dizaine de grands témoins, chefs d’entreprise, psychologue, sportif de haut niveau, artiste, … sur le lien entre Bonheur et Performance. Un extrait de la conférence donnée par Jean-François Zobrist est particulièrement intéressant :

Pour en savoir plus

  • Mieux comprendre le nouveau mantra : « Agilité et Confiance »

Conférence « Le pourquoi du pourquoi de l’agilité »

Site web de Team Pact et rôle central de l’humain (agilité + confiance)

Ou encore Agilite-Confiance.fr de la société Stratorg

 

Guide pratique et vidéo : L’#Usine du #Futur, c’est quoi ?

fim-guide-pratique-de-lusine-du-futur-enjeux-et-panorama-de-solutions-2015

La Fédération des Industries Mécaniques (FIM), membre de « l’Alliance Industrie du Futur », poursuit sa mobilisation auprès des entreprises industrielles avec la réalisation avec le Centre technique des industries mécaniques (Cetim) d’une vidéo pédagogique qui  répond en 2 minutes à la question « L’Usine du Futur, c’est quoi ? »

Celle-ci s’accompagne depuis le 19 novembre d’un référentiel intitulé « Guide pratique de l’Usine du Futur : enjeux et panorama de solutions » conçu comme un outil opérationnel pour aider les entreprises industrielles dans la conception et le développement de leurs usines du futur.

Ce document modulaire aborde les enjeux et solutions techniques sous forme de fiches thématiques détaillées et poursuit deux objectifs :

  • Définir le concept d’ « Usine du Futur » et d’identifier les 5 enjeux majeurs qui lui sont liés
  • Proposer des solutions opérationnelles, réalistes et personnalisables pour une mise en œuvre immédiate dans différents domaines en fonction des besoins des chefs d’entreprise.

Il peut être téléchargé depuis le site www.industriedufutur.fim.net, qui propose également une dimension collaborative avec un espace de contributions et de questions qui permettra de faire évoluer le guide.

Contact : usinedufutur@fimeca.org

Usine du futur : #Impression3D porte d’entrée dans l’#industrie du 21ème siècle

imprimante 3D fablab cohabit IUT Bordeaux

Imprimante 3D fabriquée par les « makers » du FabLab Coh@bit de l’IUT Bordeaux

L’IMPRESSION 3D PORTE D’ENTRÉE DANS L’INDUSTRIE DU 21ème SIÈCLE

La CCI Paris Ile-de-France vient de publier une étude intitulée « L’impression 3D : Porte d’entrée dans l’industrie du 21e siècle » et réalisée en partenariat avec le Conseil Général de l’Armement et le concours de l’Institut Boostzone; et dont la presse s’est faite l’écho.

Ce rapport reprend de nombreux points mis en exergue par le CESE (Conseil Economique Social et Environnemental) qui a fait paraître courant mars 2015, un rapport intitulé « Innovations technologiques et performance industrielle globale : l’exemple de l’impression 3D ».

Le CESE y encourageait déjà les industriels à exploiter pleinement cette innovation et recommandait de remédier aux faiblesses en matière de formation, de recherche et de financement. De même il soulevait le caractère disruptif des technologies numériques (y compris en matière de propriété industrielle) et alertait sur les modification en profondeur de l’organisation du travail, de la nature des produits et des services, de la localisation des activités et de l’émergence inévitable de nouveaux acteurs.

ISO - utilisation - impression 3D - infographie

Source : « L’avenir en fabrication 3D » (2015-05-05) – ISO

17 recommandations

En réponse aux opportunités et aux risques associés aux technologies et aux usages de l’impression 3D et de la fabrication additive, la CCI de PARIS IDF formule 17 recommandations :

  • Recommandation 1 :
    Faire vivre une stratégie nationale transverse, multisectorielle, pour développer les technologies avancées de la production.
  • Recommandation 2 :
    Favoriser la création d’un institut de la fabrication additive en tant que structure de référence.
  • Recommandation 3 :
    Encourager des partenariats public-privé sur des axes essentiels de collaboration afin d’accélérer la clarification des enjeux industriels, scientifiques et sociaux.
  • Recommandation 4 :
    Intensifier la recherche et le développement sur les matériaux.
  • Recommandation 5 :
    Favoriser le développement des outils numériques spécifiques pour la fabrication additive et permettant les simulations fonctionnelles
  • Recommandation 6 :
    Favoriser le développement de machines dédiées à des applications industrielles et intégrant tous les savoir-faire maîtrisés par les laboratoires et les industriels nationaux
  • Recommandation 7 :
    Ne pas vouloir tout développer dans l’écosystème autour de la fabrication additive et utiliser autant que possible les outils disponibles à travers le monde.
  • Recommandation 8 :
    Etre constant dans l’effort comme dans l’adaptation permanente.
  • Recommandation 9 :
    Promouvoir une politique européenne en favorisant des rapprochements (JV) sur des technologies, des applications ou des services nouveaux.
  • Recommandation 10 :
    Mettre en place très rapidement des principes minimaux permettant d’assurer la sécurité des personnes, le respect de l’environnement et la garantie de la qualité des produits afin de convertir le principe de précaution en avantage plutôt que de le voir devenir un risque
  • Recommandation 11 :
    Etre présent et prendre position autant qu’il est possible dans les débats internationaux relatifs aux normes
  • Recommandation 12 :
    Encourager les dépôts de brevets sur ces technologies et leurs applications en facilitant la connaissance des procédures auprès des ETI et des PME.
  • Recommandation 13 :
    Soutenir les effets du déploiement de l’impression additive dans l’ensemble du tissu économique.
  • Recommandation 14 :
    Encourager et permettre l’émergence et l’appropriation des compétences nouvelles exigées par ces technologie.
  • Recommandation 15 :
    Amener l’ensemble des entreprises et des territoires à prendre la mesure de l’arrivée de la fabrication additive et les accompagner.
  • Recommandation 16 :
    Répondre à l’obsolescence rapide des machines et dépenses de R&D ou de software liées à la 3D par un amortissement fiscal adapté.
  • Recommandation 17 :
    Sensibiliser toutes les générations et tout le pays dans son ensemble.

Synthèse

Rapport complet

Nos ressources « Impression 3D et fabrication additive »

Voir aussi

5 octobre la #RFID pour une Mécanique intelligente et communicante #IOT #IIOT

Logo-RVM-2015

Mécanique intelligente : Instrumentez… mais comment ? Découvrez la technologie RFID

Le Cetim et la FIM  organisent le 5 octobre 2015 de 16H30 à 19H, un RDV de la Mécanique pour découvrir la technologie RFID, dans les locaux de « Bordeaux INP / Enseirb-Matmeca », Amphi B du R-1, 1 avenue du Docteur Albert Schweitzer à Talence (33).

Découvrez la technologie RFID :       

  • Une solution simple et autonome
  • Au cœur des machines et des composants
  • Adaptée aux conditions sévères

… Pour une surveillance performante

Programme

  • Accueil des participants par Jean-Georges Micol, directeur général d’Aquitaine Développement Innovation (ADI) et Christine Desriac, déléguée régionale du Cetim en Aquitaine.
  • Mécanique intelligente et communicante, par Olivier Duverger, chef de projet mécatronique, transmissions et capteurs, Cetim :
    – les besoins à satisfaire dans l’industrie mécanique.
  • Les systèmes de surveillance/mesure intégrés et innovants :
    – exemples d’applications ;
    – architecture et composition de ces systèmes.
  • Les possibilités offertes par les architectures sans pile et sans fil :
    – technologie SAW : mesure de température et pression ;
    – technologie RFID : mesure de température, force/couple et déplacement.
  • Bilan et perspectives.
  • Instrumentation de la robinetterie papillon, par Christophe Amagat, ingénieur développement automation, KSB SAS.
  • Cap’tronic, compétitivité et innovation des PME par l’électronique et le logiciel embarqué, par Thierry Roubeix, ingénieur conseil, Cap’tronic.
  • Traçabilité d’instruments pour chirurgien-dentiste, par Laurent Dussarps, cogérant de Chirdent.
  • La Mécatronique, une valeur sûre, par Olivier Tourneur, président du groupe Mécatronique d’Artema et directeur technique de Pack’aéro mécatronique :
    – définitions avec présentation de cas ;
    – les évolutions à satisfaire ;
    – les clefs de succès.
  • Débat et réponses aux questions des participants.
  • À l’issue de la réunion, un cocktail permettra de poursuivre les discussions.

[Rappel] #AMI #Usine du #Futur – Performance industrielle @RegionAquitaine jusqu’au 30/04/2015

La 3ème vague de l’Appel à Manifestations d’Intérêt (AMI) – Usine du Futur – du CR Aquitaine se termine le 30/04/2015

Plus d’infos en suivant ce lien

Contacts

usinedufutur@aquitaine.fr

Direction du développement industriel
Marc LECOUVE 05 56 56 19 83

Direction de l’Agroalimentaire
Jérôme PAPILLON 05 57 57 09 62

 

#France + #Europe : faire la révolution #robotique = #robolution pour rester dans la course

NAO ALDEBARAN ROBOTICS

La robotique devrait connaître un essor comparable, voire supérieur, à celui qu’ont connu l’automobile, l’informatique ou la téléphonie mobile, selon la Commission économique de l’ONU (rapport World robotics 2012 – IFR, International Federation of robotics).

Baisse de 16% des coûts de fabrication en 2025 grâce aux investissements en robotique avancée selon BCG

BCG-how-a-takeoff-in-advanced-robotics-will-power-the-next-productivity-surge-5

L’étude BCG publiée début février 2015 prévoit que l’investissement dans les robots industriels va accélérer considérablement au cours de la prochaine décennie, la croissance annuelle moyenne qui est actuellement de 2-3% devrait passer à 10% environ. En conséquence, en 2025, le coût du travail pourrait être inférieur de 16% en moyenne dans les 25 plus grands pays exportateurs de biens manufacturés à qu’il serait autrement. Avec 9% projetés, les gains pour la France pourrait la placer en dessous de la moyenne contre 21% pour l’Allemagne ce qui traduit le retard dans les investissements en robotique par les entreprises industrielles françaises.

BCG-how-a-takeoff-in-advanced-robotics-will-power-the-next-productivity-surge-13

Le BCG montre que les gains en compétitivité devraient bénéficier tant aux pays à bas coûts salariaux qu’à ceux ayant des coûts plus élevés et révèle aussi les écarts par rapport aux USA plus favorables pour la Corée du Sud, l’Allemagne, le Canada, la Chine, la République Tchèque et le Japon.

 

SPARC : 2,8 milliards d’euros d’investissement en Europe pour créer 240 000 emplois dans la robotique

Le 3 Juin 2014, l’UE a annoncé  l’initiative SPARC (conduite sous l’égide de euRobotics), le plus ambitieux programme civil de recherche et d’innovation en robotique au monde avec un investissement cumulé de 2,8 milliards d’euros et à la clé 240 000 nouveaux emplois attendus.

La Commission européenne  et 180 entreprises et organismes de recherche sont mobilisés dans l’initiative SPARC qui couvre l’industrie manufacturière, l’agriculture, la santé, les transports, la sécurité civile et les applications domestiques.

La Commission européenne investira 700 millions d’euros et euRobotics 2,1 milliards d’euros. Cette initiative traduit l’effort de l’UE en matière de politique industrielle pour renforcer sa position sur le marché mondial de la robotique (60 milliards d’euros par an d’ici à 2020). Elle se fixe comme objectif de déboucher sur la création de plus de 240 000 emplois en Europe et de porter la part de l’Europe dans le marché mondial à 42 % (soit une augmentation de 4 milliards d’euros par an).

La robotique personnelle tendance forte pour les années à venir

Plus précis, rapide, moins coûteux et plus sûrs : 4 arguments pour investir dans les robots.

Après les applications industrielles et militaires ou professionnelles, le marché des robots personnels (domestique, santé, éducation) est appelé à un très fort développement dans les années à venir selon de nombreux organismes tels que le DARPA, Boston Consulting Group (BCG) ou Ericsson.

courbe le développement des marchés de la robotique

Courbe d’évolution des marchés de la robotique selon la DARPA / Source

 

Alison Sander, prévisionniste du BCG a montré lors d’une conférence sur la robotique donnée à l’occasion du Consumer Electronics Show 2015 que le marché de la robotique personnelle aller croître plus de 2 fois plus vite que celui des applications industrielles ou militaires (17,4%) suivi des applications commerciales (12,3%).

Evolution de 4 marchés de la robotique selon Alison Sander du BCG au CES 2015

Evolution des 4 marchés de la robotique selon le BCG / Source 

Ericsson, place la robotique personnelle parmi les 10 tendances clés de l’année 2015 car elle suscite de nombreuses attentes des consommateurs pour l’assistance pour des tâches ménagères (lessive, cuisine), mobilité (véhicule ou déplacement à l’intérieur de la maison), éducation (apprentissage de la technologie et devoir des enfants) ou pour tenir compagnie.

Robotique domestique selon ericsson

Attentes en matière de Robotique domestique selon Ericsson

 

La France se mobilise pour la révolution robotique = Robolution

Plan national pour la robotique : « France Robots Initiatives »

Le ministère chargé de l’Économie a initié en 2013 le plan « France Robot Initiatives » qui fait désormais partie des 34 plans de la « Nouvelle France industrielle », dont la feuille de route a été validée le 2 juillet 2014.

Le 4 mars 2014 a été annoncé un tour de table du fonds « Robolution Capital » doté de 80 millions d’euros des fonds publics et privés, qui devait réaliser ses premiers investissements fin janvier 2015.

L’opération Robot Start PME, portée par le Symop, Syndicat des machines et technologies de production, le CEA et le CETIM, et validée dans le cadre du Programme d’investissement d’avenir, a déjà permis de sensibiliser plus de 3 800 entreprises à la robotisation. Parmi elles, 400 PME se sont portées candidates au dispositif de soutien. À terme, 250 PME devraient bénéficier de cette opération.

Une convention signée entre l’État et BPI-Groupe en septembre 2014 prévoit d’accorder 300 millions d’euros de prêts robotique pour financer l’investissement des entreprises engagées dans des projets d’intégration d’équipements de production automatisés.

Des avantages fiscaux pour l’acquisition de robots industriels peuvent également être accordés aux entreprises sous certaines conditions.

 

Programme Robot Start PME / Réunion du CETIM le 23 mars à Assat(64)

Ressources sur la robolution

France

Europe

Autre

Source illustration